Search

Comment faire un calepinage ?

Vincent Laporte 17 juin 2019

On parle de calepinage quand on prévoit de revoir le revêtement de sol de son intérieur et d’utiliser le carrelage pour ce faire. C’est une étape indéniable des travaux, et ce, que vous soyez un professionnel carreleur ou un amateur de bricolage. C’est aussi d’une importance capitale, peu importe le genre de carreau utilisé, les motifs et les dessins ainsi que les démarches de pose. Mais qu’est-ce réellement et comment bien faire la chose ? Là est la question.

Définition de calepinage

Dit simplement, le calepinage est un genre de plan des travaux. À l’instar des travaux de construction, la mise en place de carreau dans les différentes pièces de la maison nécessite un dessin minutieux et clair. C’est valable aussi bien pour la pose de carreau au sol ou sur les murs. Il y a plusieurs raisons à cela.

  • Concrètement : c’est le fait de faire un plan de pose

Concrètement, le calepinage est le fait de faire un plan de pose. Vous devez dessiner un plan sur papier et prendre des mesures pour sa réalisation. L’étape dure en moyenne 1 ou 2 heures. Tout dépend de vos années d’expériences en la matière et de l’importance de vos travaux. Il faudra y noter toute une panoplie de détail sur la mise en place des carreaux : joints et colles, découpe, place des carreaux, etc.

  • Pourquoi un calepinage est-il important ?

Le calepinage est important pour plusieurs raisons. En premier lieu, il vous permettra de mieux gérer votre chantier. Vous aurez des mesures précises et pourrez comptabiliser avec précision le nombre de carreaux dont vous aurez besoin. De quoi réduire aussi les dépenses superflues de votre chantier. C’est d’autant plus vrai que si vous faites des erreurs, il sera plus facile et moins couteux de les réparer sur papier que durant la pose proprement dite.

En outre, la démarche facilite la pose. Avec cette technique, vous aurez des indications précises sur les étapes de la mise en place et des fixations des carreaux. Vous n’avez qu’à suivre les points de départ, les motifs, etc. Vous aurez d’ores et déjà une vue d’ensemble sur les rendus de votre chantier.

Enfin, le calepinage semble impacter sur le temps de pose des carreaux. Avec des indications claires sur papier, vous aurez moins de mal à placer les carreaux, et ce, aussi bien lors d’une pose simple qu’en mosaïque. Vous pourriez même mieux gérer les joints : leur quantité et leur emplacement. De quoi vous garantir la réussite de la pose.

  • À quel moment se lancer dans le calepinage ?

Mais il reste une question : à quel moment se lancer dans la création d’un calepinage ? La réponse est évidente ! Bien évidemment, vous devez dessiner un plan de pose avant de commencer la mise en place des carreaux. Mais ce n’est pas tout ! C’est la première étape à faire pour la préparation de votre projet. Avant même d’acheter vos carreaux, un calepinage est nécessaire. Il vous permet en effet de connaitre avec minutie la quantité de matériel à acheter et les dimensions de carreaux idéaux pour votre chantier.

Bien faire du calepinage : les bases

Le calepinage est maintenant clair. Du moins, c’est le cas du point de vue technique. Il reste à le réaliser. Comment bien faire la chose ? Le point.

  • Ce dont vous avez besoin

Avant de vous lancer dans la réalisation d’un calepinage, vous aurez besoin de quelques accessoires. Il s’agit de faire des dessins. En ce sens, vous devrez vous procurer un crayon et une gomme. Une règle ne serait pas non plus du luxe afin de tracer l’emplacement des carreaux. Et de préférence, il vous faudra utiliser une feuille à petits carreaux.

Outre les accessoires physiques, sachez que la création d’un plan de pose de carreau nécessite patience et minutie. Ce n’est pas une démarche que vous devez prendre à la légère.

  • Commencer par prendre des mesures

La première étape du calepinage est de prendre des mesures. Ça peut être des mesures des carreaux comme de la pièce à couvrir. Vous aurez besoin d’un mètre pour ce faire. Vous devez ensuite tracer la taille de la pièce sur votre papier.

Afin de déterminer le nombre de carreaux à utiliser et leur emplacement, les carreleurs utilisent une formule assez simple. Il vous faudra multiplier la longueur et la largeur de la chambre en question pour en obtenir la surface. Puis, diviser le tout en fonction de la taille d’un carreau. Dit autrement, le nombre de carreaux dont vous aurez besoin dépendra de leur dimension et de la taille de la surface à couvrir.

Attention aux espaces d’ouvertures qui peuvent changer la donne. En effet, les fenêtres et les portes n’ont pas besoin d’être carrelées. Il faudra donc déduire ces emplacements de la surface totale à carreler. Il en est de même pour les emplacements derrière les radiateurs.

  • Déterminer le point de départ de la pose

Une fois que vous avez pris les mesures, il reste maintenant à déterminer le point de départ de la pose. Ce dernier devra bien évidemment être noté sur votre plan de pose. Vous avez notamment deux alternatives.

La première est de partir d’un coin de la pièce vers un autre. C’est la technique la plus répandue et la plus simple. Elle s’adapte parfaitement à une pièce en carré ou en rectangle. Mais dans ce cas, dans votre plan, vous devez tracer les angles droits et noter le coin de départ. Attention à ne pas simplement vous fier au travail des architectes. Dans certaines pièces de la maison, les coins ne sont pas des angles droits. Ce qui ne pose pas de problème esthétiquement parlant, mais qui peut être compliqué à gérer pendant la pose de carrelage. D’où l’importance justement d’un calepinage.

La seconde est celle la plus prisée par les professionnels. Il s’agit d’une technique de pose qui commencer au centre de la pièce. Ainsi, vous aurez les mêmes motifs partout dans la pièce. S’il faut découper dans les coins, il faudra le faire des deux côtés. De quoi impacter lourdement sur l’esthétisme et la réussite de la pose de carreau. Cette pose est utilisable pour la mise en place d’un revêtement de sol. Mais elle aide surtout à mettre en valeur un mur. Elle est un must pour une pose en mosaïque. Et dans tous les cas, vous devez fixer le point de départ de votre pose sur votre calepinage. Ici, ce sera là où les médianes se croiseront. Rappelez-vous de vos cours de maths aux collèges. Pour trouver ce point, vous devez tracer des lignes perpendiculaires sur chaque coin des murs. Le point de rencontre sera le centre et donc le point de départ de votre pose.

  • Tracer le plan avec minutie

Chaque rangée de carreau doit être méticuleusement reportée sur le plan. La difficulté de la tâche varie en fonction du type de pose que vous avez choisi. Pour les amateurs, opter pour une mise en place simple est plus conseillée. Pour une pose en mosaïque, il y a beaucoup de détail à voir : l’emplacement des carreaux, expositions, motifs, etc.

Sur le plan, vous pouvez également placer les plinthes de carrelage pour un peu plus de précision. Mais ce n’est pas obligatoire.

  • Préparer les travaux via le calepinage

Ce n’est qu’une fois le calepinage réalisé que vous pouvez commencer à préparer réellement la pose de vos revêtements de sol et de mur. Comme susmentionné, vous devez vous inspirer notamment des détails du plan pour comptabiliser le nombre de carreaux et les dimensions nécessaires. Néanmoins, ne soyez pas avares. Il ne suffit pas d’acheter exactement les carreaux que vous pouvez compter sur le plan. Il faut aussi prévoir quelques chutes et des carreaux cassés. Vous aurez plus de carreau à acheter si la forme de votre pièce nécessite la coupe dans les coins. En moyenne, il faudra prévoir 10 % de carreau en plus que ce que vous avez prévu dans le calepinage. Pour les restes, vous pouvez toujours les réserver pour les éventuels travaux de rénovation ou de réparation des revêtements de sol ou de mur.

Pour la pose, il faudra aussi commencer deux rangées plus bas que ceux proposés par le calepinage. Les deux premiers rangers doivent être en amont posé à blanc. Il en va du rendu et de l’esthétisme de la pose. En outre, cela vous garantit la réussite de votre couverture au sol. La pose à blanc permettra de visualiser le rendu et de mieux gérer la mise en place. Bien évidemment, vous n’allez pas garder cette pose sans joint définitivement. Arrivera un moment où vous allez devoir les coller.

Pour information, ces étapes de la réalisation d’un calepinage s’appliquent aussi bien pour la fixation de carreau sur une autre surface déjà carrelée ou sur un sol en béton.

Poser son carrelage à partir de son calepinage

Le but d’un calepinage est de vous en inspirer afin de vous faciliter la pose de vos revêtements de sol et de mur. Voici notamment quelques bons à savoir sur le sujet.

  • Le nombre de carreaux idéal

Comme susmentionné, le nombre de carreaux idéal n’est pas exactement celui que vous pourriez compter sur le plan. Les imprévus ne manquent pas sur ce genre de chantier. Raison pour laquelle vous devez préconiser 10 % de matériaux en plus.

Le choix du carreau varie en fonction de leur utilisation. Pour la couverture d’une salle de bain et de la cuisine, voire de toute autre pièce humide par exemple, il faudra un carreau moins poreux que ceux que vous allez utiliser dans les chambres et les salons.

Pour ce qui est de la dimension, tout dépend de vos envies. Sachez simplement que la tendance penche actuellement pour les revêtements de sol en version XXL. Cela vous fera économiser du temps et de l’espace pendant la pose.

  • Par où commencer ?

On vous conseille la pose depuis le centre de la pièce. Ceci devra être marqué sur votre plan de pose. Quand bien même ce serait un peu plus compliqué, le design du revêtement de sol et des murs sera plus optimal. En outre, contrairement aux idées reçues, la pose depuis le centre vous fera économiser en chute de carreaux dans la mesure où la coupe sera la même d’un côté comme de l’autre de la pièce.

Avec un calepinage, la pose depuis le centre de la pièce sera plus facile. Il vous suffit de respecter les indications et les détails de la pose que vous avez calculés en fonction de la surface à couvrir et la taille des carreaux.

  • Ne rien fixer d’abord

Malgré la présence d’un calepinage, directement fixer les carreaux sur le sol n’est pas conseillé. Une pose à blanc est toujours de mise. Cela vous évitera des erreurs et vous permettra de visualiser le rendu de la mise en place. Pour la pose à blanc, vous devez simplement poser les carreaux comme c’est indiqué sur votre plan. Pour marquer les joints, vous pouvez vous servir simplement de croisillons. Et pour encore plus vous faciliter la mise en place, pourquoi ne pas numéroter les carreaux. Ainsi, vous économiserez du temps dans la fixation.

La pose à blanc est une étape fondamentale de la mise en place d’un carrelage. Il sert notamment à valider le plan de pose. Si le rendu vous plait. Il ne reste plus qu’à procéder à la fixation proprement dite avec les joints. Comme colle, vous avez le choix entre des produits préfabriqués en rayon des boutiques ou un mortier colle qui est beaucoup plus modique et plus stable. Dans les deux cas, attention à la quantité pour éviter les débordements.

  • Procéder à partir du point de départ

Pour la fixation des carreaux, vous devez commencer évidemment depuis le point de départ. Couvrez toute la surface avec des carreaux pleins avant de commencer à en découper. Le but étant d’économiser du temps dans la réalisation des travaux.

Vincent Laporte

J'aime les travaux, les voyages et la déco originale ;)

You Might also Like