Search

Comment faire son désherbant naturel ?

Vincent Laporte 17 juin 2019

Les mauvaises herbes ou adventices peuvent envahir les plates-bandes décoratives et les jardins potagers sans crier gare. Elles concurrencent ainsi les plantes qu’on cultive ou détruisent notre décoration.

Pour s’en débarrasser, on peut soit les contrôler en limitant leur croissance, en empêchant leur floraison ou que des semences apparaissent, soit lutter contre elles. Cette deuxième façon de désherber consiste à utiliser des moyens curatifs pour détruire les adventices. On peut utiliser différentes techniques. Il y a les luttes chimiques qui sont très efficaces, mais représentent un danger, tant pour notre santé que l’environnement. Mais la nature est heureusement bien faite. Il existe en effet des méthodes 100% naturelles, moins dangereuses pour notre organisme et respectueuses de l’environnement, pour se débarrasser des plantes indésirables.

Découvrez dans cet article les désherbants naturels les plus faciles à faire et les plus puissants contre les mauvaises herbes.

Le glyphosate, l’herbicide chimique le plus vendu au monde contamine 3 français sur 10

Avant d’entrer dans le vif du sujet, il importe de souligner les dangers que représentent les herbicides chimiques car leur contamination est devenue très inquiétante. Le plus répandu de ces herbicides est le glyphosate. Celui-ci est toxique pour les plantes qui n’ont pas fait l’objet d’une modification génétique pour le tolérer.

Monsato a breveté les propriétés herbicides de cette substance phytosanitaire dans les années 70. Puis, le glyphosate a connu, petit à petit, un succès sur le marché. Actuellement, beaucoup de firmes vendent leurs propres herbicides à base de glyphosates.

Un des grands atouts de cet herbicide à large spectre qui le rend très efficace c’est sa facilité d’absorption par les plantes, grâce à ses tensio-actifs. Du fait du résultat optimal qu’il offre, beaucoup d’agriculteurs l’utilisent, non seulement en France, mais aussi dans toute l’Europe, ainsi que dans les pays hors frontières européennes. On l’emploie dans les espaces publics, les parcs, sur les voies ferrées, etc.

Les Amis de la Terre ont récemment mené un test de contrôle sur le danger que représente cet herbicide très connu sur la santé. Sur les dix français qui ont accepté une analyse d’urines, trois présentaient, dans leurs urines, des traces de glyphosate. Il est à noter que ces volontaires vivent tous en ville et ils n’ont pas utilisé des produits contenant du glyphosate durant la période qui a précédé le test. Ce qui laisse à penser qu’on consomme ce produit. Les résultats d’autres recherches ont montré qu’une semaine après la consommation de glyphosate, 1% reste encore dans le corps. On peut le trouver dans les tissus, dans le sang, … Il a même été démontré qu’il peut aller dans le placenta pendant la grossesse.

Les niveaux de toxicité des herbicides faits avec du glyphosate sont différents. Cependant, ce qui est sûr c’est qu’ils peuvent être mortels pour l’homme. Le mieux c’est de prévenir et opter pour des désherbants naturels.

En plus d’être un danger pour l’homme, les glyphosates peuvent aussi avoir des effets néfastes sur les animaux sur les terres agricoles. Ils détruisent les réserves de nourritures de ces derniers.

Et ce n’est pas tout ! Lessivés des sols vers les rivières, les ruisseaux et les eaux souterraines, ils représentent des menaces pour la vie aquatique. Ils changent la chimie des sols selon le type de ceux-ci. Dans un type de sol, le glyphosate peut se lier à des particules et devenir inerte. Dans un autre type, il peut rester actif et ce sont les microbes qui le détruisent. Cela a des conséquences néfastes sur l’environnement de la plante. Les processus chimiques sont perturbés. Par exemple, cela modifie la capacité de la plante à fixer l’azote.

Des désherbants naturels simples, efficaces et économiques

Quand les mauvaises herbes envahissent une petite surface, comme un jardin par exemple, la solution la plus radicale est de les enlever à la main. On peut également se servir d’une binette, qui, en plus d’enlever les plantes indésirables, permet d’aérer le sol.

Ce qui peut vite devenir fatiguant quand la surface à désherber est grande. Dans ce cas, vous pouvez sauver vos plantes ou votre plate-bande décorative avec l’une des recettes 100% naturelles suivantes, sans mettre en danger votre santé, ni celle de votre entourage.

  • Le purin d’orties concentré

C’est la technique de désherbage naturelle la plus utilisée. Pour le mélange, vous aurez besoin de 2 kg d’orties et de 10 l d’eau.

Coupez les orties en petits morceaux. Puis, laissez-les macérer dans l’eau. Vous devez ensuite remuer la mixture tous les jours jusqu’à ce qu’il n’y a plus de bulles blanchâtres. Normalement, celles-ci doivent disparaitre après 10 jours, au plus tard, 15 jours. Une fois les bulles disparues, il ne vous reste plus qu’à filtrer le mélange et votre désherbant est prêt à l’utilisation. Mettez-le alors dans un pulvérisateur et pulvérisez sur les plantes indésirables.

Autant vous prévenir tout de suite, l’odeur est nauséabonde. N’empêche que c’est une solution très efficace.

Le purin d’orties peut aussi vous servir d’engrais.

  • Le purin d’angéliques

Le procédé est le même qu’avec le purin d’orties concentré. Cependant, au lieu d’utiliser des orties, prenez 1 kg d’angéliques. Macérez-les dans 10 l d’eau.

Pour ce qui est du mode de fonctionnement du purin d’angéliques, il assèche les mauvaises herbes. C’est à vous ensuite d’arracher celles-ci.

Pour optimiser l’efficacité du purin, il vaut mieux procéder à la pulvérisation par temps ensoleillé et chaud. Ainsi, vos adventices seront brûlés plus rapidement.

  • Le désherbage thermique

Cette méthode de désherbage consiste à appliquer sur les plantes indésirables une source de chaleur intense, durant une courte durée, afin de provoquer un choc thermique. Cela va faire éclater tout de suite les cellules végétales des mauvaises herbes. De plus en plus de jardiniers utilisent cette technique pour éviter les produits chimiques.

Pour ce faire, munissez-vous de jets de vapeurs. Vous pouvez également vous servir de l’eau de cuisson de pommes de terre ou de pâtes alimentaires. L’amidon que cette eau contient a une vertu désherbante, en plus du choc thermique qu’elle provoque. Cette technique sera encore plus efficace si l’eau est légèrement salée. Pensez donc à ajouter du sel à votre désherbant.

Il est à noter que le désherbage thermique est disponible sous plusieurs formes, toutes respectueuses de la santé et de l’environnement. Il y a l’eau bouillante, ainsi que la vapeur d’eau qu’on vient de décrire. Mais il ne faut pas aussi oublier les brûleurs à gaz écologiques.

Pour prévenir la prolifération des adventices, il suffit de renouveler plusieurs fois le désherbage thermique chaque année.

  • Le vinaigre blanc

Versez 1 litre de vinaigre blanc dans 1 litre d’eau. Puis, mélangez. Pulvérisez les plantes indésirables en plein soleil.

Il est à souligner que si vous avez des problèmes avec les fourmis, ce mélange peut aussi vous être d’une grande aide. Il éloigne les animaux indésirables, sans pour autant les tuer. Pour l’utiliser, prenez un linge et imprégnez-le de cette eau constituée de vinaigre blanc. Nettoyez ensuite la zone que vous voulez protéger des fourmis.

  • Le bicarbonate de soude ou le sel

Ce désherbant naturel est idéal pour les plates-bandes décoratives, les graviers ou la terrasse. Là, il n’y a pas de mélange à préparer. Il suffit de saupoudrer le bicarbonate de soude ou le sel sur le lieu.

C’est également une bonne alternative pour réduire l’acidité de la terre si vous avez besoin de rééquilibrer un sol acide.

L’eau de mer aussi est très efficace contre les adventices car elle est constituée de sel.

Il est bien de souligner que le désherbant naturel à base de sel est déconseillé pour le jardin et le potager car le sel peut brûler le sol et nuira donc à la fertilité de celui-ci.

  • La sciure de bois

Mélangée avec de l’eau, la sciure de bois devient un excellent désherbant naturel.

  • L’huile essentielle de basilic

Cette huile dispose des propriétés fongicides et insecticides naturelles. C’est une solution 100% bio contre les mauvaises herbes. Elle peut être utilisée comme anti-germinatif ou en désherbant total.

Pour la recette, mettez juste quelques gouttes d’huile essentielle de basilic dans un arrosoir plein d’eau.

  • Le paillage avec de l’écorce broyée

Cette opération, aussi connue sous le nom de « mulching », consiste à recouvrir avec de l’écorce broyée le sol qui se trouve autour d’une culture. Il est possible de remplacer l’écorce avec un autre matériau, à condition que celui-ci ne soit pas opaque. Il ne doit pas également être imperméable car il faut quand même laisser l’eau entrer dans le sol pour que la culture en profite. Le paillage est une méthode très efficace contre les mauvaises herbes. On peut l’appliquer, même dans les endroits les plus difficiles d’accès. Par contre, il n’est pas compatible avec toutes les plantes.

  • Les différents avantages du paillage avec de l’écorce broyée

L’écorce broyée est constituée d’une grande quantité de tannins qui freinent la germination des adventices.

Les paillis les plus utilisés sont l’écorce d’épicéa et l’écorce de pin car ils présentent un taux particulièrement élevé d’acide tannique.

Mais en plus d’être une meilleure solution pour se débarrasser des mauvaises herbes, le paillage est également très apprécié des jardiniers pour son aspect décoratif.

Enfin, dans le jardin, les morceaux d’écorce d’arbre protègent la terre des intempéries. Ils permettent de contrôler le taux d’humidité du sol, favorisant ainsi la croissance des micro-organismes.

  • Les plantes compatibles avec l’écorce broyée

Pour savoir si une plante fait bon ménage ou non avec l’écorce broyée, il suffit de voir ses besoins en matière d’exposition au soleil. En principe, les plantes qui se développent bien dans des endroits mi-ombragés ou ombragés tolèrent le paillis d’écorce. En revanche, il faut faire attention avec celles qui aiment s’exposer au soleil. Dans ce cas, si vous voulez faire du paillage, il vaut mieux utiliser du compost d’écorce et veillez à ce que celui-ci ne se répande pas aux plantes. Cette précaution vaut également pour les roses, les plantes de rocaille et les plantes vivaces qui demandent un paillage d’écorce de conifère.

Enfin, évitez l’écorce broyée pour les plates-bandes de fleurs et les potagers. Au besoin, utilisez un autre paillis, comme du film de paillage biodégradable ou de la paille.

  • Comment faire son paillis d’écorce ?

Il suffit de ramasser les écorces tombées après la taille des arbres, ainsi que les branches mortes. Puis, passez-les dans un broyeur à bois. Ça y est ! Votre paillis d’écorce est prêt à l’utilisation.

Le port de lunettes de sécurité est vivement recommandé lors du broyage.

Si vous ne disposez pas de broyeur à bois, beaucoup de magasins spécialisés en louent.

Il est aussi bon de savoir que plus les morceaux d’écorces broyées sont homogènes et gros, plus la durée de leur décomposition sera longue. Un paillis d’écorce de 10/40 mm protègera le sol plus longtemps contre les adventices.

Enfin, il est conseillé d’utiliser du paillis frais. Le résultat sera ainsi optimal. De plus, l’écorce fraiche dégage une agréable odeur boisée.

  • Comment réussir son paillage ?

Tout d’abord, il est bon de savoir que cette opération est à effectuer au printemps ou bien à l’automne, lorsque le sol est encore vierge. Il vous faudra rajouter une couche de paillis tous les deux ou trois ans selon la finesse du paillis d’écorce que vous utilisez.

Pour ce qui est des étapes à suivre pour le paillage de son jardin ou son potager, avant toute chose, il est indispensable de débarrasser le sol des plantes indésirables, comme le chiendent ou l’egopode, pour que celles-ci ne s’installent pas sur les plates-bandes à travers l’écorce broyée. Le travail sera vite accompli si vous utilisez les outils adéquats pour cette opération, comme un transplantoir ou un couteau à désherber. Une fois que c’est fait, épandez l’écorce broyée. L’épaisseur à couvrir va dépendre du calibre de l’écorce. Si vous utilisez du paillis grossier, il faut l’étaler sur 5 à 8 cm d’épaisseur au minimum. Par contre, si l’écorce broyée est de petit calibre, il va falloir diminuer de moitié l’épaisseur.

Vous savez maintenant tout sur le désherbage bio. Il est juste à noter qu’en ce qui concerne tout particulièrement les pelouses, afin de faciliter les travaux de désherbage, il est conseillé de choisir un gazon de qualité, simple à entretenir et résistant.

Vincent Laporte

J'aime les travaux, les voyages et la déco originale ;)

You Might also Like