Search

La planche de coffrage pour vos ouvrages en béton

Clément Guillemard 22 mai 2019

Les coffrages sont très courants dans le domaine de la construction. En effet un coffrage fait office de moule pour le béton frais lors du coulage de ce dernier. Afin de les façonner, on se sert souvent de planche en bois qui est choisi pour son côté pratique et pour son prix abordable. Zoom sur la planche de coffrage utilisée pour le béton ainsi que tout ce qu’il y a à savoir à propos du coffrage en bois.

Les différents types de coffrages

Compte tenu des matériaux avec lesquels ils sont fabriqués, on peut diviser les coffrages en 3 catégories. Le premier type est le coffrage en bois. Il est aussi connu sous le nom de coffrage traditionnel car c’est le modèle de coffrage le plus ancien de tous. De plus, la manipulation de ce type de coffrage est assez simple car il ne nécessite pas d’outils spéciaux et ne requiert pas un haut niveau de connaissance en construction. Pour monter un coffrage en bois donc, les matériaux principaux dont nous aurions besoin sont des planches de bois. A savoir, l’on peut utiliser le coffrage en bois comme coffrage perdu, ce qui n’est pas le cas des autres types de coffrage. De par sa légèreté, le coffrage en bois est donc pratique pour de la manutention.

Il y a aussi les coffrages métalliques. C’est un modèle déjà préfabriqué, ce qui explique qu’il soit facile à installer et permet donc un gain de temps non négligeable. Le coffrage métallique possède une grande résistance face aux charges et une durée de vie presque illimitée. Cependant, ce type de coffrage est surtout adapté pour les grands travaux de constructions. Il n’est pas adapté pour un coffrage perdu et son prix est assez élevé par rapport au coffrage traditionnel.

Finalement, il y a les coffrages composites qui sont très légers et résistent bien face à la corrosion et la rouille. Tout comme le modèle en métal, il est facile à monter et s’utilise pour les réalisations importantes. Cependant, son prix est assez élevé par rapport à celui du coffrage en bois.

La planche de coffrage : pour quels usages ?

La planche est l’élément principal qui est utilisé pour la réalisation d’un coffrage en bois. L’on assemble une à une les planches afin de monter le coffrage proprement dit. A savoir, une planche de coffrage est destinée à des usages multiples. Tout d’abord, on s’en sert pour réaliser des dalles, qu’elles soient faites en béton ou tout simplement en ciment lisse. La planche est également nécessaire pour façonner les bétons. En effet, une fois assemblées suivant les formes souhaitées, les planches de coffrage feront office de moule pour tout type de béton. C’est de cette manière que l’on érige les poutres, les piliers, les linteaux et les escaliers en béton, et bien d’autres encore. Il faudra seulement bien déterminer les dimensions des planches en fonction du résultat que l’on souhaite obtenir (longueur, largeur et épaisseur d’une poutre par exemple).

Même pour bétonner une surface, qu’elle soit plane ou inclinée, les planches sont utilisées afin d’en délimiter l’aire à bétonner. De cette manière, la planche évitera donc que le béton frais ne coule et se répande hors de la zone à bétonner. Mais bien que la planche puisse déjà éviter la perte de latence du béton frais, l’on peut également y ajouter une couche de plastique ou du film polyane pour éviter qu’il ne coule.

La précision des angles est très importante dans la construction de bâtiments, qu’il s’agisse de petites ou de grandes envergures. Grâce à l’utilisation d’une planche de coffrage donc, l’on pourra obtenir les angles souhaités ainsi que des arêtes bien nettes. Il suffit juste de bien positionner les planches et de les fixer à l’aide des tasseaux ou d’étançons en acier pour les maintenir solidement.

De quel type de bois se sert-on pour les planches de coffrage ?

Tout d’abord, le type du bois est le premier élément de choix. En effet, la fabrication de coffrage ne nécessite pas de type de bois possédant de hautes résistances. L’on pourra donc utiliser soit du bois douglas soit du sapin soit de l’épicéa. Ces trois types de bois sont résineux et assez résistants. Ils pourront donc très bien supporter la charge que va induire le béton une fois coulé. Une de leur caractéristiques clés est aussi que le ciment ne risque pas de coller contre le bois. De cette manière, le coffrage sera facile à défaire une fois que le béton aura durci. Cependant, l’on peut également huiler les planches pour éviter au mieux les adhérences. L’on choisit également ces trois types de bois de par leur prix qui est plus abordable par rapport à celui des autres bois. Ils sont pratiques et économiques. L’on peut également utiliser des planches issues de bois assemblés par collage, et dans ce cas, l’on aura des planches en contreplaquées. Pour cette deuxième option, l’on peut utiliser des bois telles que du chêne, le sorbier, le charme…

Quant aux dimensions d’une planche de coffrage, l’on peut acheter sur le marché des planches faisant jusqu’à 5 mètres de long. L’épaisseur conseillée pour une planche de coffrage est aux environs de 27 mm à 40 mm. Ce chiffre pourra varier en fonction des dimensions du béton à couler ainsi que du type de travailler à effectuer (bordures, poutres…). Mais cette fourchette de valeur a été choisie de manière à éviter un gauchissement. Concernant la largeur de chaque planche, les mesures standards sont 100 mm, 150 mm, 160 mm, 170 mm, 175 mm, 200 mm, 250 mm et 300 mm. Il est à noter que l’on pourra ensuite découper les planches suivant la longueur et la largeur voulues. Toutefois, chacune de ses dimensions devra être choisie en fonction de l’épaisseur de la dalle ou du béton à couler.

Quels sont les caractéristiques qu’un coffrage en bois devra posséder ?

Tout d’abord, un coffrage en bois se doit d’être robuste et stable. Robuste pour ne pas se déformer sous l’effet du béton. En effet, le béton exerce une importante charge sur ce dernier. A titre indicatif, 1 m 3 de béton peut peser dans les 2000 kg à 2600 kg, suivant la composition du béton et du type de travail à faire avec. De même, il faut savoir qu’une planche de coffrage est un matériau réutilisable. Il n’y a nul besoin de se procurer des planches neuves à chaque utilisation. Elle peut être réutilisée jusqu’à 10 fois, voire même plus. Pour venir à bout de ces quelques réutilisations donc, les planches doivent êtres robustes et résistantes.

Le coffrage se doit également d’être stable jusqu’à ce que le béton ait pris et qu’il ait la forme souhaité. Dans ce cas, l’on optera donc pour des planches de coffrages bien droites qui ne se déforment pas sous la pression. Afin de les maintenir à la bonne position, l’on pourra alors planter des piquets dans la terre, du côté extérieur du coffrage pour servir de renfort et de support.

Lors du coulage de béton, le coffrage se doit d’être étanche des deux côtés. Tout d’abord, les planches de coffrages doivent éviter la perte de latence du béton, venant de l’intérieur. Pareillement, il devra aussi isoler l’humidité venant de l’extérieur qui risque de fragiliser le béton durant les 28 jours après le coulage. En effet, durant cette période, le béton est particulièrement fragile et toute forme d’humidité venant de l’extérieur pourra entraîner des fissures sur le béton.

Finalement, comme les planches de coffrage feront office de moule pour les dalles et les bétons, elles doivent alors être propres et exempts de défauts (cavités…). Tous les défauts présents sur les planches seront alors visibles sur le béton, sauf pour quelques bétons décoratifs, qui eux, recherchent le veinage présent sur le bois.

Prix de la planche de coffrage de béton

L’on peut acheter les planches dans la plupart des magasins ou les grandes surfaces de bricolage afin de pouvoir concevoir soi-même les coffrages en bois. De même, on pourra acheter les planches de coffrages en ligne ou directement dans les scieries. Le prix dépend de la nature du bois utilisé ainsi que des dimensions de chaque planche. Pour une planche de 3 mètres de longueur, dont l’épaisseur est entre 150 mm et 300 mm, il faudra compter entre 2€ et 8€ la pièce. Quant aux planches de 4 mètres de long, pour les mêmes largeurs, le prix vacille entre 3€ et 10€. Pour celles de 5 mètres de longueur, il faudra débourser entre 4 € à 13€ la planche. Il existe cependant des alternatives moins coûteuses par rapport à ces prix indicatifs. Tout d’abord, l’on peut demander dans les scieries s’ils ont des planches déclassées que l’on pourra acheter à un prix nettement moins onéreux. En effet, ces dernières peuvent très bien servir en tant que planches de coffrage alors qu’elles sont largement moins chères. De même, l’on pourra aussi opter pour du bois contreplaqué qui est beaucoup moins cher que le bois brut. Toutefois, pour que ces planches puissent être réutilisées, l’on choisira alors des contreplaqués marins imperméables. De plus, ce type de contreplaqué résiste bien à la pression et à l’humidité. Cependant, il faudra savoir que le bois contreplaqué ne pourra pas être réutilisé autant de fois qu’une planche de bois brute, car il n’est pas aussi résistant que le bois massif.

Conception d’un coffrage en bois avant le coulage du béton

Un coffrage en bois est constitué par trois composants principaux. Le premier élément est la peau du béton. A savoir, c’est la pièce maîtresse du coffrage qui est en contact direct avec le béton. Il est donc constitué de planches aux surfaces lisses et texturées, cela vise à donner un bon aspect au béton. De même, la peau du béton, et donc l’assemblage de planches de coffrage, assure l’étanchéité et l’exactitude des angles. C’est cette partie qui est la plus exposée aux sollicitations du béton ainsi qu’à l’humidité venant des deux côtés, intérieur et extérieur. Pour que les planches remplissent donc toutes ces fonctionnalités, la première chose à faire est d’ajuster les dimensions du coffrage. L’on choisit les planches, on les découpe proprement aux bonnes dimensions. Finalement, on les visse ou les cloue entre elles. Lors du positionnement des planches, il ne faudra pas non plus oublier de vérifier le niveau du coffrage qui va définir le niveau du béton conçu avec. De cette manière, l’on aura des poutres ou des linteaux bien horizontaux.

Pour que la planche ne colle pas au béton lors du décoffrage, l’on pourra l’enduire d’huile spéciale, destinée à cet effet, avant de fixer les planches les unes aux autres. L’on peut également se servir d’huile de décoffrage qui s’utilise une fois que le béton ait complètement durci.

Le deuxième élément d’un coffrage en bois est l’ossature. L’ossature vise à renforcer la peau de coffrage afin de pouvoir faire face aux pressions issues du béton. Cette structure se compose de raidisseurs primaires et secondaires à espacement varié, suivant l’importance des charges qui vont y peser. L’ossature est située à l’extérieur du coffrage et est constituée par des chevrons ou des madriers. On vient donc fixer les raidisseurs un à un sur la peau du coffrage grâce à des vis ou des clous. En moyenne, l’espacement entre chaque raidisseur est de 1 mètre environ.

Finalement, le dernier élément du coffrage est le serrage. A l’aide de tiges filetées ou de serre-joints, l’on viendra donc contenir les efforts du béton. Par la même occasion, le serrage va maintenir la verticalité du coffrage ainsi que son aplomb. Pour des bétons de taille imposante, l’on pourra même recourir à des étais métalliques qui sont plus résistants encore.

Il est toutefois à noter que la conception d’un coffrage devra être faite par un professionnel, en vertu des réglementations en vigueur et pour éviter des risques quant à la sécurité de l’installation toute entière.

Clément Guillemard

Clément Guillemard est un passionné de bricolage en tout genre. Il aime également parler décoration entre deux verres de vin rouge, en écoutant un bon vinyle.

You Might also Like